The Real Thing (2020) poster
7.4
Your Rating: 0/10
Ratings: 7.4/10 from 44 users
# of Watchers: 153
Reviews: 1 user
Ranked #23645
Popularity #99999
Watchers 44

Tsuji Kazumichi is a "good man" who has a good reputation for his work. He has casual relations with two women in his workplace; however, he feels kind of bored for dull days without excitement. He has never fallen in love with someone from the bottom of his heart. One day, he meets a mysterious woman named Ukiyo (means "transitory world") and saves her life, after she was about to die in a railroad crossing because of her car's engine problem. Ukiyo is beautiful, but her off-guard attitude causes lots of problems for other people, including Tsuji. Though he notices her troublesome nature, he unconsciously gets involved with her. Gradually, Tsuji comes to have a dangerous relationship with underworld figures. Even if he loses his usual life style, he is willing to save Ukiyo, but that leads him to an even worse situation. (Source: Japan Program Catalog) Originally shown as a 10-episode series on TV in Japan, it was edited into one movie which was released theatrically in Japan and played at some festivals. It will be released as two movies theatrically in French-speaking Europe. Edit Translation

  • English
  • Français
  • magyar / magyar nyelv
  • עברית / עִבְרִית
  • Country: Japan
  • Type: Movie
  • Release Date: Oct 9, 2020
  • Duration: 3 hr. 52 min.
  • Score: 7.4 (scored by 44 users)
  • Ranked: #23645
  • Popularity: #99999
  • Content Rating: G - All Ages

Where to Watch The Real Thing

Tubi
Free (sub)
AsianCrush
Free (sub)

Cast & Credits

Photos

The Real Thing (2020) photo
The Real Thing (2020) photo
The Real Thing (2020) photo
The Real Thing (2020) photo
The Real Thing (2020) photo
The Real Thing (2020) photo

Reviews

Completed
Kenseiden
0 people found this review helpful
Jul 31, 2022
Completed 0
Overall 9.5
Story 10
Acting/Cast 10
Music 7.0
Rewatch Value 8.5

Un film difficile à suivre

En nous nous laissant le choix entre 4 h, deux fois deux heures ou 10 fois 24 min, le réalisateur qui monte, Fukada Koji, nous met face à un sacré dilemme en s'attaquant en 2019 à l'adaptation de ce Manga confidentiel, sortie en 2000. Les Français n'ont, évidement, eu droit officiellement qu'à la version compilée pour le cinéma de Honki no shirushi et qui n'a pas été si mal renommé en Suis-moi, je te fuis / Fuis-moi, je te suis, pour une fois. Ce diptyque, en deux fois 2 h, n'est pas moins intéressant que le format original. Souvenez-vous des compilations de saison d'animé pour faire un film de cinéma. Même Goldorak, dans les années 80, avait déjà eu droit à ses séances mercantiles qui n'ont toujours pas disparu. Mais ici, le but du distributeur français, est évidemment tout autre et pas de gros élagage, par rapport à la version de la NTV, n'a eu lieu. Seules quelques scènes ont été coupées, mais rien de vraiment fondamentale. Dès le départ, Fukuda Koji a pensé son scénario et sa réalisation pour un film. Et, clairement, avec un Manga qui ne fait que 6 volumes et écrit il y a 20 ans, on peut dire qu'il a dû mouiller sa chemise pour donner de la profondeur. J'ai regardé un peu en série et les découpages sont plutôt bien faits. Les cliffhangers donnent envie de voir la suite, mais clairement l'histoire doit se consommer au pire en deux parties, mais au mieux en une traite. De ce fait, les critiques vont souvent dans le sens d'un film qui amène l'ennuie. Mais encore faut-il savoir déguster les mets de choix pour les apprécier. '

Ce dilemme du choix du format n'en est donc pas réellement un. Pas comme celui de notre héros, incarné par Morisaki Win, qui se retrouve à la croisière de sa vie (comprendre, 30 ans pour un Japonais). La stabilité et l'engagement avec sa petite amie qu'il côtoie secrètement depuis des lustres, ou le monde foutraque, mais tellement attirant que lui propose sa mystérieuse nouvelle protégée ? L'hésitation, et la culture de l'excuse transparait dans chaque ligne de dialogue de cette œuvre magistrale et pourtant destinée au départ qu'à être un drama popcorn de plus pour la TV japoniaise. Alors 3 ans après sa première diffusion dans un océan de séries à la TV et sur les plateformes, une pandémie qui ne cesse de s'arrêter et une distribution française chaotique, à l'image de notre héroine, ce "film" vaut-il vraiement le temps que l'on y passera ?

La réponse est pour ma part, oui, puisque Fukada Koji oblige, le sujet est entièrement maitrisé tant au niveau de la réalisation, que du scénario. Comme toujours, le réalisateur d'Harmonium et du futur récompensé Love Life (prédictions ?) joue avec nous, nos doutes et nos certitudes. Il a compris parfaitement les codes qui régissent les triangles amoureux et souffle à chaque instant le chaud, puis le froid. Le plaisir de se faire balader par le scénario et ses révélations de chaque minute n'a pas de limite. On adore être surpris à chaque ligne de dialogue, s'attendant à chaque fois à un mot ou un geste et c'est le contraire qui se produit. La culture de l'hésitation, véritable religion au Japon, est en filigrane, quand elle n'est pas jetée simplement à la face du spectateur, le persuadant que lui, prendrait la bonne décision. Mais l'événement suivant lui montre que les personnages principaux ont souvent bien fait de ne pas trancher, ébranlant nos certitudes. Chacun se voit à la place des personnages. Vous serez toutes amoureuses de ce célibataire trop gentil et trop beau qu'est Morisaki Win, comme nous serons tous attirés par la fragilité et le grain de folie de Tsuchimura Kaho. Les défauts reprochés à l'un par l'autre sont mis en perspective quelques scènes plus loin en les retrouvant chez l'autre. On ne fait que s'interroger durant ses 4 h, se questionner et chercher les meilleurs choix et c'est peut-être cela qui fatigue les détracteurs de ce film.

Les regrets, les mauvais choix et surtout les mystères révélés à grand fracas semblent être des fils conducteurs dans la filmographie de Fukada Koji, Magnifiant encore une fois le concept dans cette œuvre. Mais le casting n'est clairement pas en reste. Le choix de Morisaki Win est évidement un choix judicieux en termes de gendre idéal. Mais c'est de loin Tsuchimura Kaho qui crèvele plus l'écran, et cela, dès les premières minutes. Elle incarne à elle seule les sentiments qui touchent tout adulte lors de ses choix de vie. Engagement, hésitation et rajoutons cette culture de l'excuse toute japonaise, qui transparait à chaque ligne de dialogue. Si vous l'appréciez, je vous conseille grandement Raion no o Yatsu, ou sa performance m'a fait verser un torrent de larmes, et pour cause.

Je tiens quand même à rassurer ceux qui ne verraient dans ce film qu'une comédie romantique. On y croise yakuza, corruption, monde de la nuit et coup bas dans les entreprises. La société japonaise, comme à son habitude avec Fukuda Koji en prend pour son grade. Aucune exagération de ce côté-ci. Il faut, comme il se doit, ne pas faire de vague et on peut vivre au Japon comme si on était dans le monde de "tout est super génial". Mais dès qu'on fait un pas de côté…

La musique est malheureusement le parent pauvre de ce film, même si un effort particulier est fait sur l'ambiance sonore. Bruit d'eau ou de vrombissement accompagnent les dialogues, accentuant souvent cette ambiance lourde, due à la mise en scène parfaite du réalisateur, avec un cadrage des scènes d'intérieurs aux petits oignons. Il faut dire que l'on passe beaucoup de temps dans la pièce/cuisine…, à cuisiner justement. Vous l'avez compris, The Real Thing (le nom anglais du film) est mon film de Fukuda Koji préféré…, jusqu'à Love Life certainement, que j'attends avec impatience. Je ne remercierai jamais assez Art House et la communauté Hanabi pour promouvoir ce genre de film en France. Même si celui-ci n'a pas eu le même destin qu'un Aristochrate ou d'un Tempuras, films romantico-sociétal bien moins captivants, pour pas dire envoutant. Mais je suis persuadé, une fois tout le talant du réalisateur reconnu à l'international, que "Suis-moi, je te fuis / Fuis-moi, je te suis" va devenir un film culte, à étudier en école de cinéma.

Read More

Was this review helpful to you?

Recommendations

There have been no recommendations submitted. Be the first and add one.

Recent Discussions

Be the first to create a discussion for The Real Thing

Details

  • Movie: The Real Thing
  • Country: Japan
  • Release Date: Oct 9, 2020
  • Duration: 3 hr. 52 min.
  • Content Rating: G - All Ages

Statistics

  • Score: 7.4 (scored by 44 users)
  • Ranked: #23645
  • Popularity: #99999
  • Watchers: 153

Top Contributors

20 edits
16 edits
9 edits
4 edits

Popular Lists

Related lists from users
Completed Movies: Ranked 2020
337 titles 15 loves
Japanese Dramas & Movies
819 titles 3 loves
Priority movie list! ♥
145 titles 11 loves

Recently Watched By